Sunday, May 3, 2009

Valbert

Je viens de recevoir l'email qui suit, et du coup j'en profite pour répondre à Eric par l'intermédiaire de mon blog:
"monsieur bonjour.
M'interrogeant sur la sortie du tome 3 de la série Valbert, j'ai eu la désagréable surprise de lire comme réponse de votre entreprise, à la question d'un autre lecteur, que la parution de ce livre ne se ferait pas en raison du succès mitigé des 2 premiers tomes.
S'agissant du dernier tome de cette série, qui est en plus de qualité, je trouve regrettable que les lecteurs qui ont précédemment investi ne puissent assouvir leur intérêt pour la conclusion donnée à cette histoire.
Les éditions Paquet ne pourraient-elles pas faire un effort, ne serait-ce que par respect des gens qui, comme moi, ont acheté les 2 premiers tomes ? Merci de la considération que vous voudrez bien accorder à ma demande."


Petit rappel historique, il y a quelques années je recevais régulièrement des projets sur ma boîte email de 2 illustres inconnus, Pierre Gabus & Romuald Reutimann. A chaque fois, j'étais impressionné par le style graphique du dessinateur et par la plume du scénariste. Et un jour, je reçois le projet VALBERT, un excellent scénario de cap et d'épée. Je craque sur le projet et je propose un contrat aux deux auteurs. Ma proposition est simple, une petite avance et un pourcentage sur les ventes un peu plus élevé que la normal. Ma proposition est acceptée par les auteurs dans l'excitation de pouvoir franchir un premier pas dans le monde cruel du 9ème art. Il me semble naturel que les auteurs imaginent toujours atteindre un certain seuil de vente et du coup rentabiliser rapidement leurs efforts. Mais il faut rester réaliste, je suis un petit éditeur et quand vous ne possédez pas votre propre équipe de vente il est toujours difficile de s'imposer face aux grands groupes même quand le talent des auteurs est une évidence. Nous avons donc publié le tome 1 de Valbert qui fût salué par la critique mais malheureusement les ventes sont restées confidentielles en librairie. Suite à cela nous avons quand même publié le tome 2 qui a obtenu de pires résultats. Pouvez-vous imaginer le stress que cela implique à un éditeur de subir un tel bide surtout lorsque vous restez persuadé des qualités de l'œuvre... Du coup, les auteurs ont décidé de démarrer leur projet Cité 14 et de ne pas réaliser le tome 3 de Valbert. Donc oui je suis responsable de cette petite avance qui démotive les auteurs à démarrer le tome 3. Est-ce que je dois prendre le risque de l'augmenter au risque de faire capoter toute la société? Pour exemple, sur le projet un peu fou de Cité 14, nous avons perdu 20'000 euros mais cela est une autre histoire. Alors, oui j'ai conscience de décevoir certains lecteurs mais sachez tout de même que le premier fan de Valbert déçu restera moi car j'adore profondément cette série...
L'arrêt d'une série au sein des éditions Paquet n'a jamais été un choix personnel et volontaire...

4 comments:

Nicolas said...

Moi qui pensait que Cité 14 avait été un succès, dommage car ça suppose qu'il n'y aura pas de saison 2 comme cela avait été annoncé (il me semble, pas sûr du tout de ce que j'avance)?

Anonymous said...

J'aimerais lire un droit de réponse de la part des auteurs sur cet article. Je pense que "dans le monde cruel du 9e art", les choses sont beaucoup plus complexes qu'elles en n'ont l'air. Est-ce que je me trompe ?

Anonymous said...

peut etre que chez un vrai éditeur de métier, la série aurait eu une chance de trouver son public

du coup, la dernière phrase du paragraphe me fait rire...

Anonymous said...

Bonjour,

Ce débat me parait stratégique pour les Editeurs de BD, et pas seulement pour les Editions Paquet.

Depuis quelques années, on voit fleurir des "séries" qui ne dépassent pas le 1er tome. Il s'agit bien sût d'une politique commerciale raisonnée et rationnelle, visant à "tester" le public et à ne poursuivre que si les ventes dépassent un certain seuil.

Cette politique raisonnable à court terme me parait très risquée à long terme. En effet, le public des amateurs / connaisseurs, qui constitue sans doute plus de 50% de la cible de ces nouvelles séries, apprend à réagir face à ces tactiques commerciales de court terme. Sa réaction: l'attentisme! "Voici une série intéressante que j'achèterai certainement... si le tome 2 est publié".

Lorsque c'est le tome 3 qui n'est pas publié, c'est encore pire : le public peut se demander pourquoi l'éditeur a pris le risque du tome 2... et il va réagir comme la première fois, cette fois en attendant que les séries sortent dans leur totalité.

En reportant le risque sur le lecteur chevronné, l'éditeur se prive donc a terme d'une partie non negligeable de son coeur de clientèle, qui aurait pu, si le lien de confiance n'avait pas ete cassé, acheter les tomes 1 et 2 sans se poser de questions.

J'estime beaucoup les Editions Paquet pour les séries liées à l'aviation. Je recommande notamment Le Grand Duc, qui est l'une des BD les plus abouties que j'aie lues. Il est mentionné que la série est prévue en 3 tomes. J'espère sincèrement que cette affirmation ne sera pas trahie... meme pour de bonnes raisons!